Ah les parasites… Je vous explique !


Les parasites externes sont ceux qui se développent à l’extérieur de l’animal (puces, tiques, poux, aoutats,…) et les parasites internes sont ceux qui se développent à l’intérieur de l’animal (vers). Ils concernent tous les animaux domestiques ayant accès à l’extérieur ou non, il s’agit d’une prévention à prendre au sérieux car ils sont transmissibles aux humains.


Les anti parasitaires (externes et internes) existent sous différentes formes (pipettes, comprimés, liquide à avaler,…) et avec différentes molécules, plus ou moins efficaces, plus ou moins dosées. Celles que vous trouverez chez votre vétérinaire sont soumises à prescription (sur ordonnance) et présentent ainsi une meilleure efficacité.


Dans tous les cas il est conseillé de les acheter chez votre vétérinaire pour un soucis d’efficacité mais aussi de sécurité. Certaines molécules ne sont pas tolérées par certaines races et croisement (mdr1) et d’autres peuvent être incompatibles avec certaines pathologies/ traitements / périodes de la vie.

Les APE (anti parasitaires externes)

Selon les produits ils peuvent avoir un effet répulsif ou non. Si pas, ils permettent la mort du parasite ainsi que ses œufs et larves en maximum 48h après l’application ou la prise du traitement. Ils sont rémanent et donc efficace 1 ou 3 moins selon les molécules utilisées et les marques.


Comprimé ou pipette?

Les comprimés sont les plus efficaces car ils nous assurent la bonne prise du produit à dose conseillée, à condition que le comprimé soit bien ingéré par l’animal. Il est conseillé en cas de baignades fréquentes, s’il y a plusieurs animaux dans le foyer, s’il y a des enfants en bas âge, si l’animal est sensible au niveau dermatologique.

La pipette est un peu plus contraignante car il faut correctement l’appliquer sur la peau de l’animal (bien écarter les poils) sur une zone qu’il ne pourra pas lécher, il faut faire attention de ne pas le caresser dans les heures qui suivent, de ne pas le baigner pendant 48h, éviter qu’il se frotte partout (compliqué chez le chat !), faire attention aux enfants, porter des gants lors de l’application et prendre garde qu’un autre animal du foyer ne lèche pas la zone ! (Certaines molécules utilisées pour le chien sont toxiques par ingestion chez le chat par exemple)


Et la tolérance ?

Il n’y a pas plus d’effet secondaires observés avec les comprimés qu’avec les pipettes, chaque individu demeure different et comme avec toutes les molécules du marché (tout traitement confondus) il peut y avoir des intolérances mineures qui devront être rapportées à votre vétérinaire afin de trouver la molécule qui convient à votre animal.

Et les colliers ?

Pour être au plus efficace ils doivent être bien collés à même la peau de l’animal, ne pas êtres manipulés et non soumis à baignade. Ils n’existent pas sous prescription vétérinaire, leur efficacité est donc modérée. Des intolérances sont parfois observées à l’endroit du collier sur certains animaux, en cas de dépilation excessive, démangeaisons ou rougeurs, retirer le collier et contactez votre vétérinaire.


Les API (anti parasitaires internes)

Plus communément appelé vermifuge, il en est d’un tout autre usage car il n’est pas rémanent. Les parasites internes se développent dans la zone digestive ou au niveau cardio pulmonaire (vers du coeur). Pour les éliminer on utilise une molécule vermifuge qui va avoir un effet “chasse d’eau”, elle va faire sortir les vers et s’évacue avec. Le vermifuge ne reste pas dans l’organisme de l’animal. Les vers peuvent être résistant, par précaution on alternera à chaque fois la molécule qui vermifuge afin d’éviter la résistance de certains vers.

On vermifugera tous les animaux du foyer ensemble pour éviter qu’ils se contaminent entre eux a tour de role. En cas de besoin il existe du vermifuge pour les humains, rapprochez vous de votre pharmacien pour plus de renseignements.

Si vous observez des vers (dans les selles ou vomissements de votre animal) il est conseillé de le vermifuger sans plus attendre et de renouveler ce vermifuge 15 jours après.

A quoi ressemblent les vers ?

A de petits grains de riz, de petits ronds ou des spaghettis plus ou moins longs et souvent blancs 😆


Pourquoi traiter et à quelle fréquence?

Les parasites externes sont soumis à une saisonnalité et au climat. Il est donc important en fonction de la région où vous habitez ou celle où vous partez en vacances de vous renseigner sur les parasites spécifiques à celle ci afin de traiter de manière préventive et/ou curative votre animal et éviter des maladies ou infestation. (Les piqures de puces démangent beaucoup, se développent très vite et il faut souvent jeter tapis, matelas,… si les traitements par fogger ne sont pas assez efficace… gare au parquet !)

Si l’on traite contre les parasites, qu’ils soient internes ou externes, c’est parce qu’ils sont vecteurs de maladies plus ou moins graves pour votre animal (piroplasmose, maladie de Lyme, Dapp, leishmaniose, angiostronghylose,…)

En connaissance de ces maladies, dont certaines sont vaccinables afin d’en atténuer les symptômes, on peut faire le choix de traiter préventivement son animal toute l’année ou seulement lorsque la saison est plus propice au développement de ces parasites ou encore en fonction de l’activité et l’environnement de l’animal.

Concernant le vermifuge il est conseillé de le faire tous les mois jusqu’aux 6 mois de l’animal puis tous les 3 mois afin d’éviter un développement trop important de vers si infestation il y a.

Sachez que les vers, œufs et larves ne sont pas toujours visibles, ils sont ingérés par l’animal lors des balades (bois, proies, déchets, terre, crottes,…) puis se développent dans son système digestif sans que vous ne remarquiez rien jusqu’à ce qu’il vous sorte un vers de 30cm de long 😱

En fonction des besoins de l’animal il faut adapter la fréquence de vermifugation, un chien de chasse en période de chasse sera vermifugé tous les 15 jours, un chat d’appartement 2 fois par an (par précaution, nous pouvons ramener des vers sous nos chaussures, plantes etc…) demandez conseil à votre équipe vétérinaire qui saura vous orienter quand à la bonne fréquence en fonction du mode de vie de votre animal et de l’environnement.

Idéalement on donnera le vermifuge 48h après le traitement des parasites externes car les puces peuvent être elles aussi vecteurs de vers, il faut donc laisser le temps à la molécule de l’APE de faire effet a